DÉFAUTS AUDIBLES DU WMA SELON LES BITRATES

  1. Mode CBR

192-320 kbps

Seul un animal du genre chauve-souris ou chien sentira la différence avec l’original. Aucune distorsion audible pour un humain normalement constitué. Ceux qui disent le contraire sont des fieffés menteurs.

160 kbps

Seule une ouïe très exercée peut déceler quelques très légères pertes en aiguës, notamment lorsque des castagnettes ou de la musique classique fort contrastée jouent.

128 kbps

Personnellement, je ne vois pas trop la différence en qualité sonore entre ce bitrate et 160 kbps. Je peux affirmer sans crainte de me tromper que la qualité CD est presque atteinte ici.

96 kbps

Un mélomane verra difficilement la différence entre le CD audio d’origine et la musique encodée à ce bitrate pour les genres musicaux de type R&B ou RAP. Toutefois, lorsque des styles assez complexes sont mis à contribution, comme les technos dures et certaines musiques classiques, voire quelques rares formes de salsa, une certaine perte en aigues est décelable, mais elle s’avère négligeable. La métallisation dont parlent quelques testeurs dans des forums, personnellement, je ne l’ai jamais ressentie pour quelque genre musical que ce soit, y compris dans les a capella.

64 kbps

Est de mauvaise foi ou d’une oreille déficiente l’individu qui ose dire ici que la musique à ce bitrate atteint la qualité d’un CD audio original ! Bien au contraire : les basses sont assez bien respectées, mais pas totalement. En revanche, les sons aigus, surtout dans les instruments jouant faiblement, sont soit fortement atténués, soit rendus avec une résonance métallique. Il arrive même, dans des cas extrêmes, lorsqu’un son est assez haut en fréquence dans le CD d’origine, qu’il ne soit même pas reproduit dans la musique compressé à ce débit.

48 kbps

C’est du 64 kbps en pire : les basses sont plus atténuées et les aigues plus rares et plus déformées. Convertir sa musique favorite en cette vitesse de transmission constitue un choix à éviter à tout prix…

32 kbps

Son assez cauchemardesque où tout est métallisé, sauf les basses. Les voix semblent doublées d’échos et les aigues extrêmes sont rendues ternes à défaut d’être inexistantes. Il faut être malentendant pour aimer une musique encodée à ce bitrate.

  1. Mode VBR

vbr 98 et vbr 100

La qualité vaut l’original et je mets au défi quiconque de me démontrer le contraire.

vbr 90

Le son produit dans ce mode est quasi-identique à l’original, un peu comme du WMA à 128 ou à 160 kbps. Toutefois, si votre oreille est celle d’un connaisseur, vous remarquerez, mais vraiment à peine, de très légères atténuations de basses extrêmes, surtout dans du gangsta rap ou de la techno de type gay pride...

vbr 75

C’est du VBR 90, mais en moins bien. En effet, les aigues sont quasiment respectées comme dans le CD d’origine, avec quelques rares atténuations des sons très hautes fréquences. Toutefois, les basses, en général, sont quelque peu atténuées, notamment lorsqu’elles sont assez lourdes, comme dans certaines pops. Pour le remarquer, il faut de très bonnes oreilles ! On se croirait en CBR à 96 kbps, sauf que le mode CBR à ce bitrate conserve nettement moins d’aigues.

vbr 50

Ce mode contentera l’audiophile ordinaire et nécessite, pour un confort d’écoute appréciable, l’intervention des égaliseurs pour retrouver une qualité sonore voisine de celle d’un fichier CBR à 96 kbps. C’est que les fortes basses sont légèrement atténuées, quasiment comme en VBR 75. Les fréquences aigues sont nettement affaiblies lorsqu’elles atteignent des valeurs assez élevées, au point même de sembler s’estomper lorsque le volume des instruments est trop bas. Du WMA CBR à 64 kbps délivre un son plus riche en basses (et encore faut-il un bon organe auditif), mais moins riche en aigues et moins respectueux des passages à faible volume ou à des sons doux. VBR 50 métallise le son dans de très rares cas, notamment lorsque la source audio est de mauvaise qualité (absence d’aigues extrêmes) ou monophonique avec souffle. Cependant, ladite métallisation est beaucoup moins audible que ce que produit le mode CBR à 64 kbps.

vbr 25

C’est du VBR 50 en pire, quasiment comme du CBR à 48 kbps : les basses sont assez atténuées et même l’audiophile peu exigeant le sentira. La métallisation gagne du terrain dans les hautes fréquences déjà assez amorties, un peu comme du CBR à 64 kbps, mais moins que du CBR à 48 kbps. VBR 25 est un mode d’encodage des CD audio à fuir comme la peste, comme d’ailleurs son frère cadet infra.

vbr 10

Très mauvais mode pour enregistrer de la musique : les sons monophoniques sont métallisés, surtout les voix, mais c’est nettement moins dramatique que ce qu’offre le mode CBR à 32 kbps. Les aigues de fréquence supérieure à 12 kHz sont tronquées, parfois déformées par la résonance métallique. VBR 10 convient à l’encodage des voix de type reportages à deux balles organisés entre potes ou à la capture en temps réel des extraits essentiellement vocaux, comme le journal de RFI ou de France 2.