PETITE RECETTE POUR DUPER LE MODE VBR DU WMA 9.2 STANDARD

N.B. : Par mode VBR, j’entends VBR en une passe (1-pass), appelé encore VBR basé sur la qualité (Quality-based)

Microsoft nous dit dans son site à maintes reprises que l’emploi du mode VBR garantit deux choses : une bonne qualité audio et une réduction drastique de la taille du fichier créé. Cela est vrai, alors que ceci est faux dans certains cas. En effet, le débit variable use de modèles psychoacoustiques dont la vocation est de maintenir durant toute une chanson un niveau de qualité spécifié (ex : niveau 50). Toutefois, maintien de qualité et baisse du poids du fichier ne riment toujours pas. Tout dépend de la complexité des sons soumis à analyse. Parfois, il est même plus économique d’utiliser le mode d’encodage à bitrate constant (CBR). Démonstration (c’est un peu long, mais c’est passionnant…) :

1.         Extrayez d’un CD audio original environ 30 secondes d’un passage riche en aigus et ce, au format WAV. Pour ma part, j’ai extrait 30 secondes du milieu de la chanson « The Art of Love » de Toni Braxton

2.         Ouvrez cet extrait avec Audacity (version 1.3.4 ou suivante) (soit par Fichier, Ouvrir, soit par glisser-déplacer)

3.         Cliquez sur la petite flèche tournée vers le bas, à gauche de la forme d’onde, puis cliquez sur Séparer la piste Stéréo. Les pistes gauche et droite seront matérialisées séparément

4.         Cliquez sur la petite flèche tournée vers le bas de la première piste, puis cliquez sur Mono. Faites de même pour la seconde piste

5.         Cliquez sur Fichier, puis sur Exporter.

6.         Dans la zone Nom du fichier, tapez un nom différents du nom du fichier importé dans Audacity. Dans la zone Type, choisir WAV, AIFF et autres types non compressés

7.         Cliquez sur Enregistrer, puis sur OK. Un avertissement nous signalera que la piste sera convertie en mono. Validez par OK

8.         Fermer Audacity. N’enregistrez pas le projet si demandé

9.         Ouvrez de nouveau Audacity

10.       Importez le fichier converti en mono (soit par glisser-déplacer, soit par Fichier, Ouvrir).

11.       Sélectionner toute la forme d’onde (CTRL + A), puis faites CTRL + D. Cette opération dupliquera la piste mono

12.       Sélectionner toute la piste mono du canal droit (en bas).

13.       Cliquez sur Générer, puis sur Bruit. Une boite de dialogue apparaît

14.       Dans la zone Amplitude (0 à 1), tapez 0,1. Dans la zone Type de bruit, choisir Blanc. Cliquez sur OK

15.       Cliquez sur la petite flèche tournée vers le bas de la première piste, puis cliquez sur Transformer en piste stéréo

16.       Suivre les étapes 5 à 8. En principe, ici, au niveau de l’étape 7, il n’y a aucun message d’avertissement

Toutes ces étapes permettent en fait de créer 30 secondes de son dont l’un des canaux est un léger bruit blanc (un bruit comparable au souffle d’une radio FM analogique qui ne capte aucune station) et l’autre de la musique riche en aigues. La raison de ce bricolage audio est simple : le bruit blanc et les sons aigus sont difficiles à encoder en WMA VBR. Par ailleurs, l’encodeur augmente le débit d’une chanson ou d’une piste à volume faible (voir mon topic en lien). Voilà pourquoi le bruit blanc (qui est le signal le plus compliqué à analyser) a été volontairement diminué en volume.

Ici, je vous laisse le choix du logiciel convertisseur. Que vous utilisiez dBPoweramp Music Converter ou Winamp (ces deux logiciels ont l’avantage de permettre la conversion en WMA VBR), vous obtiendrez des résultats fort surprenants en termes de débit binaire moyen des fichiers (et ipso facto en termes de taille). Le tableau suivant illustre ma surprise.

Titre : « The Art of Love ». Auteur : Toni Braxton. Durée de l’extrait : 31 s. poids en WAV : 5,4 Mo

Sous-mode VBR

Plage théorique moyenne de bitrates selon Microsoft (en kbps)

Bitrate moyen du fichier créé (en kbps)

Poids théorique attendu (en Ko)

Poids approximatif du fichier créé (en Ko)

Q10

-

91

-

361

Q25

40-75

107

155-291

419

Q50

50-95

117

194-368

460

Q75

85-145

199

329-562

773

Q90

135-215

265

523-833

1028

Q98

240-355

475

930-1376

1833

Q100

470-940

1166

1821-3642

4483

De douces pour les sous-modes VBR inférieurs, les variations deviennent intolérables pour le reste. Les sous-modes VBR 90 et 98, par exemple, créent des fichiers trop gros, dont la vitesse de transmission peut empêcher une lecture correcte sur un baladeur ou tout autre dispositif compatible WMA (excepté peut-être Zune et Xbox 360). Quant au WMA Lossless (Q100), il échoue lamentablement ici à créer un fichier compact. On est bien loin du taux de réduction marketing balancé par la firme de Redmond (ratio de 2:1 à 3:1 : quelle plaisanterie !). Bien qu’étant partisan acharné du format WMA depuis des années, force m’est d’avouer qu’en la matière, le MP3, en mode VBR, avec ses presets, contrôle mieux les débits finaux. Ainsi, en Alt Preset Extreme, encodeur Lame 3.98, j’obtiens un fichier à bitrate moyen de 243 kbps. Or, il s’agit de la plus haute valeur VBR en MP3. Comparativement au paramètre Q98 du WMA qui fait grimper le débit à 475 kbps, il y a nette économie d’espace disque pour une qualité identique, quasi sans perte.

Les ingénieurs à Billou doivent revoir leurs algorithmes…

Une petite consolation, tout de même : trouver dans le marché du disque ou dans le ciné des sons d’une nature comparable à ce que j’ai soumis comme test relève du pur défi, à moins que la source ou les câbles de capture aient un sérieux problème…