LA NORMALISATION AUDIO POUR LES NULS

Quand vous écoutez de la musique, quoi de plus irritant que de manipuler à chaque chanson qui passe le volume sonore. Si vous disposez d'un ordi, plusieurs outils vous permettront qu'au gré des morceaux qui jouent, l'ambiance soit uniforme d'une piste à l'autre. C'est ce qu'on appelle la normalisation. Trois principaux moyens sont utilisés pour obtenir plus ou moins efficacement ce résultat.

Normalisation par détection du volume maximal

Le lecteur ou le logiciel de traitement audio analyse le son de la piste et détecte l'amplitude la plus forte. Si elle est inférieure à la valeur maximale d'amplification imposée, le signal sera automatiquement amplifié du nombre de décibel(s) nécessaire pour atteindre cette valeur et ce, sur tous les échantillons de la piste. Si l'amplitude la plus forte égale ou dépasse la valeur maximale d'amplification, rien n'est fait.

Cette méthode n'a qu'un unique avantage : éviter la saturation. Les inconvénients sont cependant nombreux.

Cette forme de normalisation ne peut s'appliquer en temps réel, car elle suppose que la valeur maximale du signal soit connue d'avance, ce qui n'est guère le cas avec des sources audio en direct (lecture ou enregistrement). Par ailleurs, ce type de normalisation s'avère totalement inefficace lorsque le son global de la chanson est peu élevé, mais ponctué de petites crêtes qui peuvent être des parasites. Si ces crêtes atteignent ou dépassent la valeur maximale d'amplification, rien ne se produira et le son global paraîtra toujours réduit, surtout si lesdites crêtes ne durent que quelques fractions de seconde.

La normalisation par détection du volume maximal n'est quasiment jamais utilisée par les logiciels de lecture. Toutefois, pas mal de logiciels de traitement audio, voire de gravure de CD audio, proposent cette option, à l'instar d'Audacity et de Nero.

Normalisation par détection du volume moyen

Ici, le lecteur ou le logiciel de traitement audio analyse le son de la piste et détecte non pas l'amplitude la plus forte, mais plutôt l'amplitude moyenne du signal. Ensuite, le volume de la chanson est, selon le cas, automatiquement rehaussé ou diminué du nombre de décibel(s) nécessaire pour atteindre la valeur imposée.

Cette méthode, parfois appelée RMS, a l'avantage d'équilibrer assez précisément le son d'une piste à une autre, même s'il y a des pics prononcés de volume.

Nonobstant, la normalisation par détection du volume moyen, tout comme la méthode précédente, ne peut s'appliquer en temps réel et ne convient pas ipso facto aux sources audio en direct. De plus, si la valeur imposée à atteindre est inadaptée, de la saturation peut se produire. Il est recommandé d'user de valeurs de normalisation assez réduites pour contourner autant que faire se peut ce problème.

Quantité de logiciels de lecture usent de ce mode de normalisation, mais chacun d'eux se débrouille mieux ou moins bien que l'autre. À mon sens, l'outil ReplayGain de Winamp s'en sort le mieux, car disposant d'astucieux algorithmes atténuant fortement la saturation. Quant aux outils de gravure de CD audio, il faut être prudent lors de l'utilisation du RMS et éviter, comme dit supra, des valeurs élevées de réglage.

Normalisation par compression/expansion sonore

Le lecteur ou le logiciel de traitement audio procède à l'analyse du signal sonore, laquelle analyse conduira à augmenter ou à diminuer le volume de certaines zones dudit signal en fonction de tout un tas de paramètres assez complexes inhérents au signal même. Au final, les sons forts seront atténués, les sons faibles rehaussés et ce, en atteignant des valeurs multiples préétablies.

Il s'agit de la meilleure méthode de normalisation si les valeurs de traitement sonore sont bien fixées, auquel cas le volume sonore devient très constant et dépourvu de saturation, quelle qu'en soit la source et quel que soit le type de signal, en temps réel ou pas.

Néanmoins, ce genre de normalisation demande une certaine puissance de calcul du processeur. Du reste, si les valeurs de traitement sont mal fixées, le son peu être totalement dénaturé par des phénomènes indésirables comme la saturation ou l'amplification de certains artefacts (comme la métallisation du son). Enfin, sur des passages intentionnellement calmes d'une œuvre, la normalisation par compression/expansion peut saper le plaisir d'écoute en les amplifiant de manière inopportune et même, dans certaines situations, sérieusement mettre à mal un logiciel d'enchaînement audio. Vous comprendrez que ce type de normalisation devra être l'apanage des utilisateurs avertis et des mélomanes confirmés.

Certains logiciels de lecture comme Winamp disposent de plug-ins qui assurent la compression/expansion en temps réel. Celui qui se démarque de tous les autres est, à mon humble avis, Stereo Tool. Finement paramétré, il réserve d'agréables surprises… Pour ce qui est des logiciels de traitement audio, quasiment tous gèrent ce mode de normalisation, de manière native ou après ajout d'un module VST.